jeudi 3 mai 2018

Le Quéou...enfin !


 Quéou quand tu nous tiens... !

Certains ont assisté à mon premier essai en 2013, qui s'est soldé par le verdict suivant : trop d'eau dû à la fonte des neiges.. Puis à ces tentatives avortées début avril. J'y tenais, jusqu'au bout j'ai espéré.. La fête fut réussie maisla sortie au Quéou remise.. encore !
Alors avec Jean, nous sommes restés en contact : le we du 7/8 ? Le temps ne le permet toujours pas. Du 14/15, idem. Du 21/22... le jeudi soir, point sur la météo, la neige a fondu, pas trop de pluies ces derniers jours, ça semble jouable.
Ce n'est pas le moment idéal, la semaine a été intense.. Mais en même temps, c'est maintenant ou dans plus d'un an !!!

Alors on se lève tôt vendredi avant d'aller travailler histoire de tout préparer et à la sortie du boulot, GO !!
Cindy, Jean, Laurent et moi nous retrouvons au monastère. Il fait doux et aucune voiture n'est garée sur le parking : c'est bon signe, histoire d'avoir la cabane de libre !
On monte tranquillement (eh oui, ce n'est pas parce que nous connaissons désormais le chemin par cœur que je peux aller plus vite) et finissons à la frontale.


Petite pause devenue rituelle 10 minutes avant la fin (n'est-ce pas Jean-Claude?!) et nous y voilà !! La cabane est déserte, toujours aussi accueillante !!

Je peine à y croire !!!
Un dodo plus tard, nous y sommes quasiment. Ce n'est plus un rêve ! Laurent nous abandonne pour redescendre faire du vélo et profiter du soleil qui pointe enfin son nez !! Aucun regret pour ma part, je suis aux anges !!


Nous descendons. Le puits fractionné est magnifique. 


Nous enchaînons avec le méandre qui se présente varié (des hauts, des bas, nous nous plions puis nous nous relevons) et donc peu pénible.
Nous mangeons un morceau Salle de la Lebe. Laurent, tes croques-monsieur sont décidément irrésistibles !!
Puis nous repartons. Nous sortons la topo que Jean a consciencieusement amené pour nous repérer. Nous arrivons à une corde : mais il ne faut pas l'utiliser. Soit. Nous faisons demi-tour, cherchons, virons... puis revenons. Jean descend quand même ; hésite. Suivi de Cindy. Puis ils remontent... Nous tournons en rond !! Personne n'a l'idée de regarder la deuxième feuille de topo. Nous nous obstinons. Nous longeons un canyon, c'est très joli. Puis ça s’agrandit : la salle du Mammouth ? Jean reconnaît... parfois. Nous poursuivons. Parfois via des chemins pas très inspirants.. A un moment, nous pensons avoir trouvé la salle du Scroultch.. Mais ça ne scroultch pas beaucoup... Il doit y avoir deux chemins, nous avons dû emprunter celui ne passant pas par la galerie. Pourtant maintenant ça scroultch un max... 


Nous parvenons enfin à la salle à manger puis au siphon. Au moins ça, nous en sommes sûrs !!
Nous revenons. Cette fois, pas de détours !! Pourtant, nous nous mettons à retourner dans tous les sens.. Cindy tranche : on reprend le même chemin, qu'à l'aller, tant pis, il faut rentrer.
Je commence à craindre que Laurent ne déclenche les secours. Je lui ai dit de ne pas s'inquiéter avant 21h mais nous étions si confiants en partant qu'il a peut-être retenu davantage l'horaire optimiste de 18h.. Jean veille sur nous : boissons, en-cas. J'ai besoin de pauses régulières. Ce n'est peut-être pas la sortie la plus adaptée à mon état !!
Lorsqu'il lui semble peu probable que nous nous perdions, à partir de la salle de la Lebe, Jean trace pour sortir au plus vite rassurer Laurent. Je relâche la pression et ralentis. Nous trouvons avec Cindy énormément de cairns. Nous n'avions pas souvenir d'en avoir vu autant à l'aller (et pour cause, Jean nous dira par la suite qu'il avait fort peur que nous nous perdions et donc il a balisé au max le chemin!!). Malgré les cairns, par 2 fois, nous ne prenons pas le bon passage. Cindy passe devant à l’affut des traces ....Nous le jurons : plus jamais nous nous laisserons porter sans chercher à nous repérer. Cindy ne veut pas ramper dans cette étroiture. A l'aller nous n'avons jamais rampé à ce point.. Et pourtant ! C'est le bon chemin. Puis notre délivrance apparaît sous les traits de Jean !! Nous sommes sauvées !! La remontée se fait dans le calme, la fatigue se faisant sentir par moment. Et dire que pour Jean c'est la deuxième fois !! Dehors, Laurent commence à avoir froid à force ! Il est 20h45 lorsque nous sortons. Deux garçons ont allumé un énorme feu aux abords de la cabane. Nous nous réchauffons à leurs côtés et finissons de manger tout ce que nous possédons. Nous leur faisons gentiment remarquer que leur attitude n'est pas très responsable ni respectueuse vu le bois utilisé.
Aucun d'entre nous n'a envie de rester ce soir. Nos lits nous manquent ainsi qu'un complément de repas. Alors nous redescendons à la frontale. L'objectif est d'arriver avant que le Mc Do de Lourdes ne ferme ! Jean nous confirmera par la suite que cet objectif de plus fut atteint !!

Quelles belles 24h !! Et quelle belle sortie !!! Beau challenge !! Le Quéou c'est fait ! Jean pense déjà à y retourner avec des potes. Cindy et moi sommes rassasiées (pour plusieurs mois me concernant !). Et Laurent, pour son 4ème A/R à la cabane en 3 semaines, ne souhaite pas y revenir de si tôt !! Bref, nous sommes heureux !!!
L'histoire ne dit pas si Jean dormit beaucoup cette nuit-là. Il n'empêche que le lendemain, il connaissait la bonne topo par cœur (et non la partie agrandit que nous avons suivi tout le temps et qui nous menait en erreur) et qu'il est formel : nous avons fait le Quéou dans son intégralité !!! Aucun regret à avoir donc, ni de raisons d'y retourner rapidement !!



2 commentaires:

  1. Tout vient à point à qui sait attendre.
    Bravo les filles et aussi bravo Jean.
    Un bien joli trou et des souvenirs inoubliables.
    Alain.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo et respect Anais d avoir fait le queou enceinte de 3 mois. Grande dame!!

    RépondreSupprimer