lundi 30 avril 2018

‌La croix est faite sur Arphidia IV

Ce samedi 28 avril il y avait les jeunes : Maxime, Thibault, Jean, Anthony, Hugo, Nicolas ; les moins jeunes : Roger, Patrick, Serge. Et  pour la parité ou presque, une fille qui en vaut plusieurs : Véro.
Nous entrons,confortablement, dans le tunnel à 9 h . " Elle est loin la montée par le ravin depuis Sainte Engrâce"...
La nuit dernière il y a eu un bon orage, et nous pouvons déjà apprécier un petit débit dans le robinet. Olivier avait admirablement balisé le parcours, avec des panneaux directionnels et tout ; "heureusement, pour ma mémoire défaillante"...

Après le Robinet, c'est Bysance !
Plus loin la descente vers la salle Treuthard (-220 m)
 puis l'incroyable remontée de la Queute du Brun...
...et sa diaclase étroite.

Aussi, Jean et Antho volent au devant, et du coup, ils iront visiter la salle "Balèze". Ils sont même montés sur le chaos du milieu, sans voir l'énorme P70 qui se trouve au dessous !
Nous mettrons 5 h 30 pour nous rendre tous au fond : "la galerie des lacs".

 Le dernier puits avant d'arriver au lac

Et la rencontre avec Donald, un peu dégonflé...
Casse croute au bord de l'eau, en admirant le canard crevé qui flotte piteusement au milieu du lac. Il y a là trois kits pleins qui dorment, un bateau ... On s'en doutait bien !
Serge, c'est toi qui décide, qu'est ce qu'on fait ? ça fait beaucoup de matos, on pourrait pas laisser les Yoyos équipés et même le fond ?
Mes tripes se nouent, je voudrais avoir 25 ans de moins, prendre deux kits sur le dos et en trainer un troisième. Je vais privilégier la sécurité des générations futures, et nous déséquiperons tout. C'était la mission.
Du coup, il ne subsiste juste que les deux mains courantes au ras des vasques, au fond des Yoyos. Un bain ne peut pas tuer !
Tout est démonté jusqu'à la salle Treuthard et chacun sortira son kit de matos .
Adieu la galerie des Lacs et ses dents de cochon ,la salle Balèze, les Yoyos,la salle sans Nom, la Belle Rivière, le Crazy Horse ,la Queute du Brun et tout le reste.

Petite pause avant les Yoyos

La fin de la belle Rivière
 
Tiens, le Robinet a été ouvert de trois ou quatre tours de plus ! ça pisse pas mal à la remontée.
Je regarde même Véro prendre sa douche à la sortie d'un puits.
Il est minuit et demi à la cabane Dominique Prébende, il pleut, et nous ne descendrons pas en titubant par le ravin,l'acéto plus que charbonneuse, pour rejoindre Sainte Engrâce.
Tout le monde se retrouve à la maison de Madeleine pour boire une bière et manger des pâtes.

Des dents de Cochons qui ne verront pas un dentiste avant bien longtemps...


Merci à tous les participants et à ceux qui n'ont pu se libérer.
Encore une fois, la devise d'Arcaute se vérifie : "le maillon n'est rien, seule la chaîne compte"   c'est sûr.


 
Serge

8 commentaires:

  1. Merci Serge pour ce CR , je crois (je suis même sure) que beaucoup de découvreurs comme toi de ce lieu
    fascinant avaient la gorge serrée ce samedi ; Même si ils n'étaient pas avec nous, une grosse pensée pour eux
    tous, et en particulier à un ami berger qui sent le thym et la lavande, qui pensait fort a nous et qui aura laissé sa
    trace sur ce chemin des lacs .

    RépondreSupprimer
  2. Bravo et merci à toutes et tous pour le déséquipement et tout particulièrement à Serge. Nous avions remplacé pratiquement toutes les codes avant le jour J. Je n’avais pas réussi à constituer une équipe pour sortir ce qui restait aux lacs ainsi que pour le déséquipement. Vous l’avez fais. L’exploration plongée à la Galerie des Lacs est terminée. Une page se tourne, il en reste d’autres…
    Une pensée profonde à mon ami Antoine.
    Olivier

    RépondreSupprimer
  3. Une sacrée page vient de se tourner ! Bravo à toute l'équipe. Mais Arphidia est loin d'être terminé ... Arphidia 3 qui est beaucoup moins loin et truffé de belles premières à venir conviendra bien mieux aux vieilles articulations de certains (pas de noms !!!). Encore bravo à tous (et à toi Véro !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alain, je suis entièrement d'accord avec toi concernant Arphidia 3. J'ai après plus de 35 ans toujours des doutes dans ma vieille tête.

      Supprimer
  4. Quel magnifique compte rendu, que de souvenirs en voyant ces magnifiques photos. J'ai beaucoup pensé à vous ce week-end en regrettant de ne pas être avec vous pour traîner des kits dans les galeries que je connais par coeur pour les avoir inventées.
    Un grand Merci à tous au nom du club. Un dernier effort pour desequiper le Robinet, et la page Arphidia 4 sera définitivement tournée à moins d'une jonction du côté de Balèze par le trou de Ruben ou par le souffleur d'Ehujarre... Et puis pourquoi ne pas essayer de sécuriser le chaos du baron, et revoir plein de points d'interrogations du côté d' Arphidia 3 ? En voilà encore de beaux rêves avant de me poser le cul dans le thym et la lavande...

    RépondreSupprimer
  5. Serai-je la dernière à y aller de ma petite larme ? Moi aussi je me suis précipitée sur le beau CR de Serge et les merveilleuses photos pour connaître un peu de cet Arphidia IV qui a vu tant d'espoirs et d'exploits et où je ne suis jamais allée. Mais en 1957, quand le GSHP n'était pas né, j'étais à Arphidia I avec une équipe de Moulis. Entre le P19 et un bout de l'amont, j'avais trouvé le 1er aphaenops cabidochei. J'étais là aussi quand un autre berger, qui sentait plutôt le carbure et le Ricard, a trouvé le chemin pour vous au fond de la salle Accoce. La page est tournée mais le livre reste ouvert et vous y écrirez encore de belles histoires. Un très grand merci et un très grand bravo à tous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est le même berger, il sentait surtout le Ricard... Mais bon, nous aussi quand on sortait de chez lui ! ça fait aussi partie des (très bons) souvenirs...

      Supprimer
  6. Antoine, Dominique, Cifu, Pierre, Philippe, Michel... S'ils ne peuvent plus lire ces lignes, ils ont tant écrit et exploré pour le témoignage de ces belles pages que l'on a une affectueuse pensée...
    Et pour ceux qui ne peuvent plus y retourner, ils se délecterons de la découverte de la jonction La Pierre / Àrphidia... Je l'ai sentie et vu la fumée sortant de la trémie...
    Il n'y a pas de raison de ne pas la réaliser, quand on a lu les exploits des tuneliers dans "rêve de jonction" B3/AP7... On peut faire mieux !!
    Si cela ne vous dit rien, investissez dans le bull N18 de l'ARSIP ! Un monument !😜👏

    RépondreSupprimer