jeudi 15 mars 2018

Le gouffre d'Estremassides

Jeudi 15 mars 2018 :

Cela faisait un moment que nous attendions l'occasion d'aller voir ce gouffre, trouvé ou retrouvé (1) par notre ami Jean-Claude. Les photos de l'entrée, qu'il avait fait circuler, avaient de quoi alimenter toutes les spéculations : était ce là un nouveau Paybou ? Ce matin, nous sommes donc 5 au départ de l'Arriusec : Jean-Claude, Alain M., Serge, Sandrine et Patrick. Il fait beau et les sujets de discussion ne manquent pas pour occuper le temps durant la longue remontée de la vallée. Peu après la confluence avec le ravin de Moulle nous quittons le sentier pour gagner la croupe des Estramassides. C'est ici que commencent les festivités car 500 m de dénivelé nous séparent du gouffre. C'est raide à souhait mais la forêt est assez ouverte et la progression est régulière.

Il nous faudra quand même 2 h 20 pour parvenir à l'entrée. Celle-ci est superbe et l'arrivée du soleil nous permet d'en profiter pleinement. Nous cassons la croûte vite fait avant de commencer l'exploration.


Le premier puits de 14 m débouche dans un beau conduit creusé dans le pendage. A -22 m, de gros blocs bouchent la galerie mais en se faufilant entre ces derniers, nous parvenons à descendre encore d'une dizaine de mètres jusqu'à des fissures impénétrables (-32 m). Nous fouillons tous les interstices mais rien n'y fait, il n'y a pas de continuation ni de courant d'air d'ailleurs. A défaut, il y a bien des ossements mais à part quelques chiens et une vache rien d'extraordinaire à noter. Nous faisons la topo et quelques photos avant de ressortir en tout début d'après-midi. 


 Au bas du puits d'entrée
Il nous reste du temps aussi nous décidons de poursuivre notre progression en direction de Yerse en restant à niveau. Nous croisons bien quelques beaux affleurements mais aucun trou à l'horizon... Arrivés au fond du vallon, il ne nous reste plus qu'à rejoindre les Oules par l'interminable sentier de l'Arriusec.


Le conduit en direction de l'aval
Patrick


(1) Il est probable que l'entrée était connue. Lors d'une discussion avec l'oncle de Serge, celui-ci nous avait parlé d'un grand gouffre aux Estramassides. De plus, nous avons retrouvé les vestiges d'une cabane, une centaine de mètres plus à l'ouest. Mais depuis, la végétation a repris le dessus et le gouffre était tombé dans l'oubli....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire