vendredi 26 janvier 2018

Un petit tour dans le 64

Ce 25 janvier, Sandrine et moi décidons d'aller faire un tour chez nos voisins du 64. Le premier objectif est le trou du renard à Lées Athas, près de Bedous. 
Le temps est menaçant mais se tiendra tranquille en fait toute la journée.
Nous partons avec l'esprit balade et passons donc par le col de Marie Blanque. Le plateau du Benou me rappelle bien des souvenirs d'enfance. Les montagnes sont belles, je présente Jean Pierre à Sandrine ( Le Pic d'Ossau) et.... nous voilà au bout d'une impasse .
Le GPS vient de beuguer !!!! Bon, nous sommes armées de cartes mais pas très précises, de téléphone et c'est confiante que nous partons vers le lieu dit " Bellocq"....
Le GPS de la voiture pête un plomb et nous rabache "faites demi tour dès que possible " . 
Bon, on n'est pas aidé aujourd'hui !! Nous arrivons à Bellocq et c'est une cascade mystèrieuse " dixit un panneau " qui nous attend. 
Rien à voir avec l'endroit recherché mais c'est très joli quand même! 
Donc à Lées Athas, il y a un lieu dit et une ferme Bellocq qui n'ont rien à voir géographiquement.  Il faut le savoir ! 
Nous rejoignons le point de la route le plus prêt du point d'iphigénie mais ça ne correspond pas à la carte imprimée sur Karsteau...RRRR !!!!!
Nous apprenons après appel à Jonathan qu'il y a les vieux UTM et que je me suis forcément trompé. Impossible de rentrer les bons points UTM car je suis hors réseau internet. RRRR !!!! 
Bon Jonathan nous indique par téléphone le bon emplacement de parking et le chemin à prendre. Nous cherchons désespérément une corde qui devrait être sur notre droite dans la forêt mais nous trouvons finalement le porche intermédiaire et dix mètres plus haut l'entrée tant convoitée ! 
Il est 12h30 !
  
Une grotte bien cherchée a un goût bien plus intense ! Surtout que quand on sait où elle est, elle doit être à 20 minutes de la voiture. 
Le nom" trou de renard" est bien trouvé et c'est en rampant que nous pénétrons sous terre. 
La salle s'agrandit rapidement et c'est debout que nous visitons cette merveille qui mérite bien sa réputation. Le plafond est extraordinaire et tout est splendide. La dernière salle finit en apothéose avec une magnifique cascade et un bassin rempli de  nenupharums.  Nous sommes ravis de cette découverte et oublions toutes nos galères. Elle valait le détour. 
L'après midi est bien entamé mais nous partons quand même vers notre deuxième objectif : le sentier karstique d'Oloron St Pee et la grotte Escurias 3. 
Le temps se couvre et nous sommes les seules à patauger dans la boue et à chercher la grotte. Une fois trouvée, nous nous engageons et suivons l'actif. 
Sur la topo, une galerie fossile shunte la rivière et nous rebroussons chemin pour la trouver. 
Nous tombons en amont sur une galerie supérieure mais qui donne sur une faille assez profonde.  Cette grotte est un vrai labyrinthe. 
Il est tard et nous décidons d'un commun accord que nous reviendrons un autre jour résoudre ses mystères peut être avec un autochtone connaissant la grotte. 
La journée se termine sous la pluie, nous sommes mouillées, boueuses, accolée au coffre de ma voiture qui nous protège à peine et une bière à la main... Que pense de nous ce joggeur sorti de nulle part ? Certainement qu'on doit être deux originales mais très heureuses d'être là où on est et d'avoir passé une bien belle journée.
Caro

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire