vendredi 8 décembre 2017

Labasses et Pène de la Hèche

La précédente sortie sur la Pène de la Hèche nous pousse à retourner sur les hauteurs enneigées du massif pour traquer les trous souffleurs.
Mardi 5 décembre (Sandrine, Serge et Patrick) :
Il fait bien froid et ce sont les conditions idéales pour les courants d'air. Nous partons des Oules pour rejoindre le sentier de Camlong. La neige est déjà bien présente dés 800 m d'altitude. Arrivés au fond des Labasses nous remontons un peu en direction des ravins qui descendent du Clot det Haboub. C'est raide, mais finalement cela semble plus confortable avec la neige. De là nous revenons pour une longue traversée en direction de la Bécole. La traversée des ravins n'est pas toujours commode à négocier mais ça passe. Nous suivons globalement la courbe de niveau des 1000 m. Lorsque nous arrivons aux ruines de la cabane de la Bécole, nous n'avons toujours pas vu le moindre trou. Nous terminons cette longue bambée par une petite boucle vers la Bécole puis repiquons vers l'Arriusec. 
Chou blanc pour cette foi-ci, il faudra recommencer plus haut dans la pente...

 Les Labasses vu de l'Isarce

Jeudi 7 décembre (Sandrine, Patrick) : 
Le temps se radoucit, il faut vite en profiter. Cette-fois nous remontons par le sentier traditionnel de l'Isarce depuis la carrière d'Asson. Sur le plateau, vers le refuge, nous sommes contents de profiter d'une trace de raquettes. Nous allons directement au trou des Campeurs pour commencer la désob. 


Les gros blocs qui bouchent l'entrée ne résistent pas longtemps et nous pouvons alors jeter un coup d’œil sur la suite. C'est un puits d'une dizaine de mètres qui s'élargit en profondeur. La suite n'est pas forcément évidente mais nous ne le saurons qu'après l'avoir descendu. Ce n'est pas au programme aujourd'hui car à 2 nous avons préféré assurer le coup au niveau de la désobstruction et donc nous avons laissé les cordes à la maison. Comme il nous reste du temps et de la batterie, nous allons au TMB. Le courant d'air est un peu moins fort que la dernière fois. Nous creusons pendant une bonne heure, mais la suite est vraiment étroite (fissure de 5 cm de large). Nous abandonnons et refouillons un peu le secteur. Nous localisons plusieurs trous connus, mais seul le PH 5 semble vraiment souffler. Il faudra le revoir. Redescente tranquille par le versant sud de la Pène de la Hèche.

 L'entrée du trou des Campeurs
Patrick

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire