dimanche 5 novembre 2017

Sur les flancs d'Espiaube

Samedi 4 novembre

Ce sont 10 Tachous qui se retrouvent ce samedi matin, au départ de Rieulhès. Anaïs, Caro, Isabelle, Jean Claude, Jean Luc, Joël, Marc, Pierre-Michel, Bubu et Alain M.
Le ou les objectifs sont connus de tous, pour une partie la suite de la désobstruction du Trou de la Réussite, pour les autres peut être une nouvelle cavité qu'il faut désober et 2 nouveaux puits à descendre. La journée promet d'être bien remplie.
Le temps est menaçant et pendant quelques minutes la pluie se met à tomber, mais cela sera de très courte durée.
Nous garons nos véhicules près de ceux des chasseurs, une battue sanglier est en cours de réalisation. Heureusement, aucun poste du coté de nos objectifs, la voie est libre et sécurisée.

Le matériel est vite réparti et la marche d'approche réalisée. Maxi 10 minutes, que c’est bien !
La première cavité a été mise en protection de la pluie par JC et une jolie bâche bleue arrêtera la pluie si nécessaire.
Les conversations vont bon train, tout le monde étant heureux de se retrouver.
Première équipe, 7 personnes.
Il s'agit de vider la Réussite et il faut des bras et des seaux.

La chaîne se met en place, des étroitures sont agrandies, de la terre, de la glaise et des cailloux retirés. La séance durera de 10h à 13 heures et de  14 h à 17 heures 30. Bubu a été trop optimiste, il comptait bien passer aujourd'hui dans les grandes galeries. Ce sera pour une prochaine fois.

Mais cela avance bien, on voit du vide, une suite à l'horizontale dans des blocs et de la terre plus ou moins concrétionné. Les parois sont tapissées de "choux fleurs", le vent est présent, tout est engageant pour continuer le travail.

Deuxième équipe: ils sont 3 à attaquer cette trémie soufflante sous le sentier. Mais ils abandonnent au bout d'une heure. Il ne s'agit que d'un amas de blocs plus ou moins pris dans la terre...rien de karstique. Le trio décide alors d'aller jeter un coup d’œil aux 2 puits repérés par Jean Claude plus bas dans le bois. Le premier est vite descendu. Il ne fait que 5 mètres, arrêt sur un tas de blocs sans suite et sans courant d'air.
Direction le deuxième trou, un peu plus haut que le premier mais toujours plus bas que la Réussite. Vous suivez ?
L'entrée est étroite, seul Marc réussira à passer pour descendre un joli P6 et arrêt sur 2 puits d'une dizaine de mètres. C'est plutôt large et ça à l'air de bien barrer. Le trio remonte manger avec les autres avant de récupérer une corde de plus, quelques amarrages et de quoi rendre l'entrée confortable. 
Une mention spéciale pour la tarte aux pommes de Gwenn et le cake d'Isa 



Pendant que les mineurs retournent ....à la mine, ils ont le plaisir de descendre 2 jolis petits puits de plus mais malheureusement les différentes suites possibles sont trop étroites.

Pas de courant d'air sensible mais avec le temps qu'il fait ça ne veut pas dire grand chose. Ce sera le Trou de Saint Hubert. 
Tout le monde est réuni vers 17h30. La nuit tombe déjà, il est temps de rentrer. Arrivé aux voitures, on récupère un chien de chasseur perdu, fatigué, affamé .... Un 06 sur le collier. Jean Claude appelle. Ils se connaissent et le chasseur arrive dans le quart d'heure qui suit ! Saint Hubert, patron des Grandes Chasses était du côté du chien aujourd'hui.

Le film de la pause casse croûte en cliquant ici.

Alain M et Bubu


2 commentaires:

  1. Salut les tachous. Bravo pour votre activité débordante. La quatrième photo du message montre des baguettes de gour (alors, on a pas lu mon récent article sur le sujet dans le dernier Spelunca ?).Elles ne sont pas très spectaculaires mais c'en est quand même. Il me faudrait donc le nom de la cavité, le département, la commune, l'altitude et une photo et si vous en trouvez d'autres faites passer les infos. Merci d'avance et bonnes explos. PS: on sera dans le 65 le WE prochain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce sont effectivement des baguettes de gour mais bien moins spectaculaires que celle de ton excellent article que j'ai lu dans le dernier spélunca. C'est d'ailleurs un des rares articles intéressants de ce numéro ! Elles sont sur un petit plancher stalagmitique qui devait se trouver sur un petit gour de 20 cm de large. Les baguettes ne font qu'une dizaine de cm. Le trou de la Réussite est sur la commune de Saint Pé de Bigorre dans le 65, vers 500 mètres d'altitude.

      Supprimer