lundi 13 novembre 2017

Entre 10 averses

Dimanche 12 novembre.

Patrick et Sandrine, Alain M

Comme chacun a pu le constater, le temps ne se prêtait vraiment pas à la sortie spéléo ce samedi et ce dimanche.
Presque tous les sites météo s'accordaient à nous prédire de la pluie, de la pluie et de la pluie !!
Sauf un, certainement plus optimiste qui voyait du "soleil" en début de matin ce dimanche, sur Bagnéres de Bigorre mais de la pluie du côté de Pouyastruc et sur tout le nord du département.
Les téléphones chauffent ce dimanche matin, de chez moi je vois une éclaircie plein sud (!) Patrick une plein ouest et Jean in-situ confirme.
Rendez-vous à 10 heures au pin penché (Sequoiadendron giganteum) et route à la Croix de Manse.
Nous retournons au Souffleur du Tucou, vérifier d'où vient ce courant d'air, certainement que nous n'avons pas tout vu.
Et surtout, peu de marche, abri facile dans la première "salle", etc etc...
Montée rapide, uniquement quelques gouttes d'un crachin qui nous ferait presque croire que nous sommes en bord de mer !! !
Equipement rapide et l'on s'engouffre à trois dans la cavité. Il y a du vent, ça souffle. Dans l'étroiture verticale, il est vraiment bien marqué.
Nous atteignons la salle "terminale".
Un coup d’œil au gros bloc à droite et effectivement le vent vient d'ici, merci Caro.
Dessous du vide nous semble-t-il, c'est certainement la suite.
Travail de désob, il faut réduire le bloc, on en a maintenant l'expérience.

Chaîne de cailloux, passage du seau, cela avance bien vite et déjà Patrick nous annonce que ça va passer.
Effectivement, un beau vide se dessine et l'on aperçoit le fond deux bons mètres plus bas.
Patrick descend (c’est encore un peu étroit mais ça passe).
Il s'allonge à droite, à gauche mais ne peut que constater que nous sommes dans une fracture, que l'amas de bloc ne laisse pas prévoir de grand vide et qu'une désobstruction de cette zone serait bien aléatoire.
Nous décidons de stopper les frais, rien de bon pour une vrai suite spéléo, si ce n'est ce courant d'air constant qui nous nargue. Il faudra y revenir par temps froid, on ne sait jamais. Et avec l'hiver qui approche, ce sera pour très bientôt.

Casse-croûte de rigueur, midi est déjà passé depuis pas mal de temps.
Patrick sort le matériel topo et un relevé minutieux de tous les départs possibles est effectué.
Lors de la remontée un autre départ attire notre attention, bien ventilé, mais il redonne au même endroit.
A 14h 30 nous sommes dehors.

Tiens, il n'a même pas plu.
La pluie sera quand même là lorsque nous arriverons aux voitures...

Alain M


2 commentaires: