lundi 2 octobre 2017

Grande boucle de la Génie Longue

Lundi 28/08/2017 
Ayant appris dans un songe que « le Dol’s » allait traîner en rando du côté du Cul de l’Aguée en fin de semaine 36, je décide de prendre les devants, afin de vérifier qu’aucun obstacle n’allait gêner sa progression !
De mon côté, me voici parti vers 9h20 de Peyras, le Monastère de Bethléem, pour une rando à la journée. En ce lundi au soleil, la météo est clémente et il fait très bon. Mon intention est de trouver le chemin montant des Picharrots au Vallon de l’Aguée indiqué par Jean-Claude. J’envisage le retour par les crêtes du Montné puis des Picoulets. Le parcours le long de la Génie Longue jusqu’aux cascades des Picharrots est toujours aussi agréable. Les successions de vasques et cascatelles, la Tute de Maupas agrémentent la progression.
Comme d’habitude, de nombreux passages sont compliqués par des arbres ou arbustes en travers du chemin. Il est vrai qu’on est dans la partie Réserve Biologique Intégrale (RBI) de la forêt de Très Crouts où il n’y a volontairement aucun entretien.
11h05 la première cascade des Picharrots est atteinte. Il y a relativement peu d’eau. Quelques minutes plus tard je suis à la seconde en amont, puis je me lance rive gauche de la Génie dans l’ascension  des pentes abruptes du flanc Sud-Est du Cap des Litas.
Une heure et demi est bien nécessaire, en y mettant les mains, pour atteindre la limite de la forêt domaniale avec ses marques rouges dans les arbres, également limite de la commune de Saint-Pé et de la RBI. Je ne suis pas sûr d’avoir emprunté le vrai chemin de JC ! Une demi-heure plus tard je suis au Cul de l’Aguée. Il y a là pas mal d’eau à la perte.
Je découvre assez proche du promontoire un mouflon mort, probablement assez récemment, couché sur le côté. Il est absolument intact et il n’y a pas de mauvaises odeurs. Malheureusement le Dol’s le trouvera en moins bon état 10 jours plus tard...
Sans aucun lien avec ce qui précède, ce sera là l’heure de ma pause casse-croûte. Je reprends ensuite ma course en remontant tout le Vallon de l’Aguée par la rive droite, en passant par les cabanes de Peluhet (où je fais une longue pause nettoyage de rivière et abords, tellement le coin est pollué de bouteilles, bidons et autres cochonneries...).
Peu avant le col d’Espadres, je bifurque par le sentier des transhumances vers le col d’Andorre. J’y suis à 15h25, au milieu des troupeaux d’ovins, bovins et équidés. Je poursuis sans m’attarder vers le Col du Prat d’Aüreilh en passant par le Pas deth Brana (ou Escala du prat du Rey sur la carte IGN) puis trace sur le GR101. Passage obligé près de la Glacière dets Carbouès (L103), les L101 et L102 seront pour une autre fois, j’ai encore du taf ! Au col je gagne rapidement la cabane, où je fais une incursion-pèlerinage, puis rapidement j’attaque à fond dans la pente vers le soum sans nom portant le pylône HT à 1290m. Ensuite c’est une classique que je connais bien : la crête du Mounnéü (Montné)-Aserole, avec des sentes plus ou moins prononcées.
De là-haut c’est toujours aussi magnifique de contempler la vallée de la Génie Longue empruntée le matin, le ravin de la Gargante, l’Aülhet et l’ensemble du Massif de Saint-Pé. Passage tout à côté du Gouffre de Mounnéü.  Au bout de la crête on plonge hors sentier jusqu’au Pladi, belle prairie malheureusement endormie, avant de poursuivre sur les Picoulets jusqu’à la ferme Soulas.
Il est 18h ; j’attends 10 min sur le parking le groupe Sandrine, Caro que je savais  partir à la Palombière... Mais j’ai faim et soif, je repars sans les avoir croisées... De Soulas à Peyras, je dévale enfin le sentier de découverte et fais tout le tour de la forêt domaniale en limite de bornage au Sud de Cacha et Escot. Passage par la passerelle des Génies à Caubole et retour à la voiture à 19h10.  Belle boucle de 22km et D+1430m.
Marc C


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire