lundi 11 septembre 2017

Pouzade, Laurences, Péluet et compagnie...

Vendredi 7 septembre, Alain Dole
J'avais prévu de bricoler à la maison mais ce matin, le beau temps m'incite à changer de programme d'autant plus que pour tout le WE on annonce la pluie !
Aussi je décide de monter au "Bergons" pour une rando "cabano-prospecto-champignons"...
Le chemin du départ est on ne peut plus classique : la piste...
Mais au virage, à l'entrée du bois de "Pouzade" je plonge dans le talweg. Sous la hêtraie, je trouve un semblant de vieux chemin de charbonnier et bien plus bas je recoupe une piste de débardage qui remonte au bois de "Laurousse".
Au passage je pointe en bordure de piste un petit trou a désober mais sans CA...
Arrivé dur la crête au-dessus du lieudit "Laurences" (point 1150m) je remonte et suis la crête à la recherche d'une borne qui délimiterait des parcelles. Cette borne est identifiée sur le cadastre Napoléonien de 1815. Je ne la retrouve pas et rejoint bientôt le chemin du "Col Andorre" que nous suivons habituellement lorsque nous montons à "Espades".
Sous la cabane / Refuge d'Andorre je pars en prospection "cabanes" pour compléter l'inventaire... j'en retrouve 3 nouvelles et de plus, parfait la photothèque du site.
Dans les ruines, un groupe de marcheurs fait la sieste près avoir déjeuné...
Ils doivent trouver bizarre ce type avec un carnet et un GPS qui s'arrête sur tous les tas de cailloux et qui sort une boussole pour viser on ne sait quel objectif...
Comme il est bientôt 14h et que les randonneurs prennent le chemin de la descente, je décide d'aller "casse croûter" près du nouvel enclos à bétail construit au-dessus des abreuvoirs et de la perte du "Col d'Andorre"...
Une fois sustenté, je plonge dans le talweg pour rejoindre "l'Aguée". Avant le replat de l'ancien "poste de chasse de Péluet", je trouve un trou que Jean Claude a certainement déjà du repérer. Je le pointe et le photographie au cas où…
Plus loin, avant le gouffre de la Maréchaussée une Foye... Puis enfin je jonctionnne avec "l'Aguée"  non loin de la grotte sépulcrale… Je poursuis ma descente jusqu'à la perte car il me manque des photos du secteur...
A la perte une odeur pestilentielle me prend à la gorge...
En bordure du cours d'eau, il y a un cadavre certainement de mouflon en décomposition très avancée à quelques mètres de la Perte...
Or cette perte, qui résurge 70m plus bas, n'est autre que la naissance de la "Génie Longue"...
Donc le jus de décomposition est entrain de souiller ce beau torrent.
Il faut donc alerter les St Péens de rester vigilent sur la qualité de cette eau pas si limpide que cela !
Au-dessus je remplis ma bourse de girolles, Jean Claude n'avait pas tout ramassé il y a 15 jours, il m'en a laissé 1kg !
N'ayant pas envie re-rebrousser chemin, je prends une voie inconnue, celle qui longe le cirque du "Picharrot" sous les falaises pour rejoindre le "Col d'Escurrens" au "Prat d'Aureil"h.
Jean Claude m'a dit que cela passait… C'est une sente de "chèvre" qui par endroit disparait mais qui est plus aisé à suivre que dans l'autre sens…
Au bas du" Col d'Escurrens" il y a des traces de charbonniers (foye) et à sons débouché un beau gouffre de 5 m de diamètre protégé par du fil de fer pour éviter que le bétail n'y tombe…
Il ne me reste plus qu' reprendre le GR et remonter à l'Escala du "Prat d'Aureilh" qui devrait être notée "Pas deth Brana" (col de la transhumance, passage entre Ségus et Salles).
La montée a été rude… Le chemin ne passe pas loin du L102, mais pas le temps de fureter, il est tard… L'objectif suivant est d'apercevoir au loin la gueule géante du L101 le grand puits dets Carbouès (P35). Allez, encore un effort pour frôler la doline géante dets Carbouès ou L103… Enfin un dernier sursaut pour la délivrance et après 41 virages (je les ai comptés) sortir de la forêt et déboucher sur la crête qui offre une vue plongeante sur la vallée d'Argelès et au pied le Cirque de "Cauci" qui en cette fin d'après-midi entrevois les derniers rayons de l'astre de feu !
Dans moins d'une heure je serais à la voiture, un peu assoiffé car j'ai vidé mes 3 litres d'eau…

Une belle boucle de presque 15 km pour 930 m de dénivelée… Ce qui n'est pas un exploit mais un beau tour dépaysant et sauvage à découvrir…

1 commentaire: