lundi 30 avril 2012

L'homme qui parlait aux Orchidées

Notre ami Jitoine est, comme tout le monde le sait, un amoureux des fleurs et plus particulièrement des orchidées. Midi Pyrénées est une région très riche de ces espèces sauvages qu'il faut protéger. Souvent, lors de nos prospections , nous ne les voyons même pas. Mais Jitoine est toujours là pour nous les faire remarquer, nous enseigner leur mode de vie, nous apprendre à les reconnaitre et à les apprécier.
L'ami Jitou, avec son groupe de copains passionnés comme lui, vient de faire un bouquin sur les espèces endémiques du Gers.
Un bel article de presse vient de paraitre.


Vous trouverez toutes les infos sur ce magnifique livre sur le lien suivant.: les Orchidées cachées du Gers

dimanche 29 avril 2012

Séjour humide en Cantabria

La cantabria n'a pas échappé aux pluies incessantes qui ont marqué ce mois d'avril. Partis pour continuer l'exploration de la torca Aitken, nous avons dû changer d'objectif en nous réfugiant dans le réseau de la Gandara, moins sujet aux crues. Nous avons donc improvisé un bivouac de 4 jours avec des objectifs qui traînaient depuis bien longtemps dans nos tiroirs. Rien de bien enthousiasmant mais il fallait les faire. 

Bivouac 4*, la cuisinière vêtue de sa Burkanette s'apprête à servir le plat traditionnel (purée saucisson), le pacha au premier plan attend d'être servi....
 Les chambres sont spacieuses, mais le mobilier et la déco restent sobres
Au programme, désobstruction et escalade, mais au final aucun de ces objectifs n'a payé. En revanche, et comme c'est souvent le cas dans ce réseau, une escalade effectuée en désespoir de cause nous a livré près de 800 m de galeries via d'improbables étroitures. Une seconde escalade aura eu moins de succès mais nous aura permis de découvrir un petit conduit d'une centaine de mètres tout proche de l'entrée. A l'issue de ce bivouac, le réseau de la Gandara développe 107 680 m. (plus de détail sur karstexplo).
  
  La galerie du Petit Baigneur où nous avons découvert près de 800 m de galeries
La suite du séjour nous a obligé de jongler avec la météo, mais profitant d'une éclaircie, nous avons pu ouvrir un gouffre repéré en février et qui semblait descendre un peu. Une désobstruction et la purge d'un éboulis au sommet du puits d'entrée nous a permis d’accéder à un puits de 40 m entrecoupé de paliers. Au fond, une nouvelle étroiture à désobstruer devra attendre notre prochain séjour. Derrière, nous avons sondé un puits de 30 à 50 m, mais surtout, un agréable ronflement dû au courant d'air indique clairement une suite intéressante. Affaire à suivre... Au fait, en cantabria, il continue de pleuvoir, nous avons donc renoncé à rester jusqu'au 1° mai....


cr : Patrick

mardi 17 avril 2012

On a gagné, on a gagné, on a gagné..... !

Le trophée Spélé'Oc revient dans le 65 ! Par Bubu.
Lors de l'AG régionale de Cajarc où nous avons brillé par notre absence, (choix de la date pour les uns, éloignement pour d'autres...) le trophée Spélé'Oc a été attribué au GSHP pour l'article sur la jonction Espiaube - Bujoluc !!!!
Si vous voulez lire ou relire cet article, le voici sur le lien ci contre:  Les deux dernières séances
et ne ratez surtout pas la vidéo de la jonction de Noël ici :La jonction de Noël

Bienvenue à notre nouveau Président Benjamin WEBER (oui, oui, le même nom que notre Delphine!)  que tout le monde connait plutôt sous le surnom de Tigrou et merci encore à Fabrice pour tout le boulot qu'il a fait au sein de notre CSR où j'ai eu la chance faire un bout de chemin  avec lui.

dimanche 15 avril 2012

L'acharné du Bujoluc ou la Joly sortie du samedi

Par Fred.Au programme de ce samedi pluvieux: consolidation de la trémie de la Joly Galerie tout en l'élargissant un peu. Je me suis retrouvé seul en compagnie de la bête du propriétaire de la ferme Espiaube qui m'a guidé pour trouver sous la pluie battante le Bujoluc. Au passage de la jonction, j'ai du enlever plusieurs dizaines de roches extraites des deux côtés et du sol je passe presque mais comme je suis seul, je ne prends pas de risque surtout après 3 heures et demi à piqueter et à marteler; j'en ai mal aux biceps, je me suis arrêté à la première crampe.
A force, d'agrandir on pourra faire passer le propriétaire (qui s'impatiente de la visiter).
J'ai progressé d'1 bon mêtre en éliminant les chicanes mais je ne suis pas encore passé.
La prochaine, j'aimerai être accompagné pour tenter la jonction et voir à mon tour l'autre côté et les galeries du Puts d'Espiaube!

A la sortie je me suis laissé lécher par la Bête pour le réconfort du contact de la chaleur bestiale et amicale...il pleut toujours!
A plus
Fred Joly




mercredi 11 avril 2012

la Bernède

Sortie canyon en vallée de Luz par Jean Luc.

En ce lundi de pâques, il fait beau, et le matériel est encore sale de la sortie spéléo du samedi dans la borne 109.
Thierry du SNEC est motivé pour une sortie, alors direction le canyon de Bernède entre les villages de Viey et de Saligos. 
Petite marche d’approche un peu raide mais la vue sur la vallée de Luz et les sommets enneigés du pays Toy vaut le détour. 
Arrivé au départ, petit casse croûte au soleil, puis nous nous équipons et à l’attaque!
Bon, la première partie se déroule dans un ruisseau au milieu de la végétation et ce n’est pas vraiment le grand frisson mais après, le canyon se resserre, et commence une succession de rappels au milieu de roches rouges qui donnent une atmosphère particulière à ce canyon sympathique. Cela nous permet de bien travailler la technique sur corde avec en particulier deux beaux rappels d’une trentaine de mètres,dont le plus grand se déroule en plein soleil. Et en plus, arrivée directement à la voiture,avec un matériel tout propre! Le grand luxe.

lundi 9 avril 2012

Betapagaie, reprise des hostilités...

Lundi 9 avril 2012

Nous (Sandrine et Patrick) n'aurons pas attendu trop longtemps pour retourner dans cette petite perte du ruisseau de Nabails . Le trou est un peu plus humide suite aux pluies de la veille, mais il aspire toujours très nettement.


L'entrée de Betapagaie, sur la droite du ruisseau temporaire.

Nous attaquons les travaux dans un remplissage de terre et de quelques gros blocs qui ne résistent pas très longtemps aux pailles. Au bout de 2 m, le conduit s'agrandit un peu et tourne franchement sur la gauche. Petit méandre de voûte, le courant d'air est toujours là, voilà de bons indices...

Le départ du boyau. En fait, il s'agit d'un conduit colmaté au 3/4 par le remplissage.
Au départ, il ne restait qu'un espace de 10 cm où filait le courant d'air.



Le boyau mis au gabarit...

La suite est là, enfin, on suppose...

D'ailleurs, la pente s'accentue et nous devinons un agrandissement. Au bout de 5 heures de labeur, nous avons progressé de 4 m. La suite ne devrait pas poser de problème mais rien n'est garanti.
Affaire à suivre.
Patrick

dimanche 8 avril 2012

Des champignons à la Borne

Samedi 7 avril, nous sommes 6 pour terminer les travaux préparatoire pour le 21 avril. Il y a Joël, Joël, Jean Claude, Jean Luc, Bubu et Alain M.

Le dernier passage bas ne nous résistera que peu de temps. D'ailleurs, pendant ce temps, le reste de l'équipe en profitera à l'aide d'une massette pour mettre au calibre ce nouveau ramping, situé juste derrière l'ex Kamasoutra.
Nous atteignons ensuite le début de la salle blanche avec un premier petit ressaut et un nouveau ramping d'une dizaine de mètres, jugé lui praticable et qui donne accès à une grande galerie.
C'est ensuite la descente vers la salle blanche et le plaisir des yeux.

La remontée se fera sans encombre et nous croisons une équipe de Charentais, en vacance dans la région, venu se faire un peu de spéléo. Nos cavités sont connues!
Quand nous ressortons, il pleut à verse mais ce ne sera pas suffisant pour nous nettoyer.
Aux voitures, une autre équipe de 10 personnes arrive, guidées par notre amis Fifye. Ils viennent de se faire la traversée Hayau-Bouhadére, la aussi, un très belle course.

Alain M










Bien installé pour un casse croute
bien mérité




Cette fois, ça passe         




samedi 7 avril 2012

Betapagaie...

Samedi 7 avril 2012
C'est Alain M. qui nous a parlé de ce trou situé sur le flanc ouest du Ceberi, en face de la carrière d'Asson. Mais quel nom bizarre... Betapagaie, il fallait oser, à deux pas de Béta...rame.
Le trou a été ouvert en 2007 par le GSHP qui explore un puits d'une petite dizaine de mètres suivi d'une galerie assez spacieuse rapidement colmatée.
Je profite d'un petit moment de libre pour essayer de retrouver le trou. C'est assez facile car il s'ouvre au bord d'un sentier. Visiblement, il s'agit d'une ancienne perte du ruisseau qui doit être encore opérationnelle lors de grosses crues.

L'entrée de Bétapagaie, à droite sur la photo, s'ouvre en bordure du ruisseau
qui descend du col de Nabails.

Le puits est bien sculpté et le conduit qui suit emprunte un interstrate large de 2 à 3 m. Il y a pas mal d'air aspirant et celui-ci disparaît dans une zone un peu broyée d'une part et dans un laminoir presque entièrement colmaté par les alluvions et des blocs d'autre part. J'entame une petite désob, mais sans outil, je suis vite limité. Il faudra donc revenir... En sortant, je pointe au GPS le P.40 voisin et un petit boyau qui ne figure pas non plus dans l'inventaire.

CR Patrick

lundi 2 avril 2012

Borne 109, l'avant dernière....

Dimanche premier avril.
Bubu, Joël, Jean Luc et Alain.
Cette fois, c'était la mise à plat du Kama.
Le petit passage inférieur que nous avions repéré va nous permettre d'ouvrir une petite galerie, ce qui permettra au colis de passer facilement.
Le Kamasoutra reste intact pour les amateurs d'étroiture et le nouveau passage bas prendra le nom de Plamassoutra!
On verra bien lequel sera le plus utilisé pour les prochaines visites.
Par contre il y a un peu de glaise et nous ressortons bien crépis après 5 heures de burinage intensif.
Alain M


dimanche 1 avril 2012

Perte du ruisseau de Yerse (Arthez d'Asson)

Dimanche 1° avril 2012
Difficile d'écrire un compte rendu crédible à une date pareille. Heureusement nous n'avons pas de grande découverte à annoncer et il n'y aura donc pas de démenti demain...

A l'automne dernier, nous avions découvert une petite grotte située juste au-dessus des premières pertes du ruisseau du Yerse, à l'endroit où celui-ci commence à entailler les calcaires. La neige ayant bien fondu nous décidons d'y remonter avec un peu de matériel de désobstruction (Sandrine et Patrick). Nous partons à l'aube par le long vallon de l'Arriusec. Il nous faudra plus de 2 h pour atteindre le col sous la cabane du Yerse (850 m de dénivelé). Notre arrivée fait fuir un troupeau d'une bonne vingtaine d'Isards.


La vallée de l'Arriusec

Le trou est un peu plus bas, dans la foret, une vingtaine de mètres au-dessus du ruisseau. Il souffle très nettement lorsque nous arrivons.
Il s'agit d'une courte galerie prenant la forme d'un méandre étroit à seulement 5 m de l'entrée. Il nous faut déjà dégager les tas de feuilles qui tapissent le conduit et qui indiquent qu'en hiver, il doit aspirer très fort.


L'entrée de la grotte se situe une vingtaine de m au-dessus du ruisseau
qu'on devine en contrebas.


Nous attaquons le chantier avec des pailles. La roche très homogène se fissure très bien et au bout de 4 h de travaux, nous avons avancé de 2 m. Le courant d'air est plus fort et nous discernons la suite. Il reste un passage étroit, mais les cailloux roulent sur plusieurs mètres avant de tomber dans un petit puits plus large. Nous avons épuisé nos deux batteries de perfo et nous devons arrêter. Dommage.


Le conduit est tapissé de feuilles apportées par le courant d'air. Sandrine s'engage dans l'étroiture, derrière c'est un peu plus grand. Un peu seulement...

Pour redescendre, nous suivons le ruisseau pour voir s'il n'y a pas d'autres pertes. Une centaine de mètres plus bas nous tombons sur un petit gouffre sans suite : localisation GPS, croquis etc... Le trou existe, Alain, le monsieur Inventaire du club sera content...
Au retour l'Arriusec nous semble interminable....

Petit gouffre au bord du lit asséché du Yerse


CR : Patrick