dimanche 29 janvier 2012

Un peu d'humour

La scène se passe devant la montagne de St Pé mais il ne fera pas le tour de France!

Avec des roues, je monte au Quéou !

Ca déménage dans les Basses

Ce samedi matin, nous étions dans les "Basses !" pour aider nos amis Sandrine et Patrick à déménager et à emménager dans leur nouvelle maison située près des karts, à Asson.
Ce fut fait dans la joie et la bonne humeur, le temps se tenant clément jusqu'à ce que ce fut terminé.
L'après midi, il en était autrement et les pluies annonçant la neige ce sont mises à tomber.

A 16 heures, Bruno et Alain avaient rendez vous avec Sophie, aux grottes du Roy, afin de réaliser un comptage des chauves souris.
La mission s'est déroulée avec succès, dans le calme et la pénombre, afin de ne pas réveiller nos petits amis, profondément endormis pour l'hiver.

Profitons de ce blog pour rappeler qu'en période d'hivernage, les chauves souris sont particulièrement vulnérables et que notre présence dans les grottes les hébergeant doit être au maximum évitée.
Les cliquetis du matériel, le frottement des vêtements, la lueur des éclairages sont des facteurs qui vont les réveiller et une fois réveillées elles manqueront d'énergie pour pouvoir terminer leur hibernation.
 Nous comptons sur vous tous pour en prendre bien conscience.

Un nouveau Président

Ce vendredi 27 janvier avait lieu l'Assemblée Générale.
18 personnes étaient présentes

Après les traditionnels bilans,  moral, d'activités, rapport financier et budget, ce fut l'élection du nouveau bureau pour la nouvelle olympiade 2012-2016.


Le président sortant ne souhaitant pas se représenter, c'est notre ami Bruno Nurisso qui s'est porté volontaire pour cette tache.




Il a été élu à l'unanimité.
Félicitation Bruno et bonne chance pour cette nouvelle mission.
L'assemblée s'est ensuite terminée par la traditionnelle galette des rois, agrémentée de cocktails délicieux.










jeudi 26 janvier 2012

Surcacha, pas une valeur sur !

Ce jeudi 26 janvier, nous sommes une nouvelle fois à 4 pour retourner au Surcacha, Patricq et Sandrine, Jean Claude et Alain M.
  L’arrêt de la semaine précédente nous motive et il faut que nous sachions rapidement ce que nous réserve la suite.
Tout d'abord, nous mettons au norme le passage au haut du premier puits. On l'équipe ensuite, cette fois avec une échelle, cela nous permettra de remonter plus facilement.
Nous nous attaquons ensuite au soupirail. Derrière, l'écho est très important et le vide nous appelle.
Le travail n'est pas très aisé car les forme en voûte sont assez difficiles à agrandir. 
Nous vidons les 4 batteries que nous avons portées.
Le passage dégagé est cependant suffisant et Sandrine part en première. Elle débouche de suite dans un puits très vaste, qui remonte de près de 15 m et au dessous descend de 8 m.
L'équipement est rapide et nous la suivons. 
La suite, du coté droit est un nouveau puits de 6 mètres qui donne sur une galerie remontante, bouchée par les éboulis.
A part quelques concrétions et des ossements, certainement de genette, il n'y a rien de plus à poursuivre.
C'est la déception.
Nous remontons en tirant la topographie et déséquipons la cavité.
Alain Massuyeau.












dimanche 22 janvier 2012

Le trou du Surcacha, vous connaissez ?

Dimanche 22 janvier, Jean Claude, Jean Luc, Bruno et Alain M.

Hier samedi c'était le déménagement du local du CDSC et donc pas de sortie.
Nous étions en manque.
Ce dimanche, la météo étant plus clémente que ce qui était prévu, nous nous retrouvons vers midi devant chez Jean Claude pour aller faire une petite sortie.
Il connaissait un petit trou avec du vent mais un bloc empêche d'y rentrer.
Nous avons tout le matériel nécessaire. Effectivement, après moins d'une demi heure de marche et de recherche, nous sommes à pied d'oeuvre.
Le trou souffle correctement pour la saison.
Le bloc est vite retiré mais en dessous il nous faut encore agrandir car ça ne passe pas. Après 3 heures d'effort, le plus fin arrive à passer la dernière étroiture et se retrouve en haut d'un petit puits de 3 mètres.
Le puits est vite descendu et donne dans une petite salle. 

La suite se trouve au plancher, au fond d'un soupirail, presque bouché par le choux fleur. Le vent y est violent et derrière on pressent un beau puits certainement d'une dizaine de mètres avec un très bon écho.
Mais ce sera pour la prochaine fois.
Il est 17 heures, l'heure de rentrer à la maison. Demain il faut aller travailler.




dimanche 15 janvier 2012

Petit Quéou deviendra grand !

Samedi14 janvier 2012
Huit, nous étions 8 ce samedi à monter à l'Aoulhet. L'objectif, aller réduire deux étroitures vers moins 150 afin de faciliter la progression pour les prochaines explorations.
Montée dans le brouillard mais un peu avant la cabane le soleil nous rattrape et c'est au dessus d'une mer de nuage magnifique que nous nous retrouvons pour une nouvelle aventure.
Nous descendons à 3, Patrick Alain D et Alain M.
Au haut du puits, le courant d'air est très bien marqué, ceci est un très bon signe. Nous l'aurons d'ailleurs dans la figure tout au long de notre progression.
Nous rejoignons en premier "l'étroiture verticale" qui aux dires des nouveaux est très sévère.
Plutôt que de l'agrandir, nous repérons un passage environ 3 mètres avant et nous décidons de l'aménager. La roche est coriace mais nous en arrivons à bout et vers 14h30 le travail est terminé. Tout le monde passera, sans aucun problème.
Nous remontons pour le deuxième objectif, le passage bas, dans l'eau. Au passage, quelques coups de massette et burin font du bien aux "promeneurs".
Nous vidons la vasque du passage bas et Patrick entame le premier perçage. Là aussi, mission réussie après une bonne heure de travail. Il faut encore se baisser un peu mais plus dans l'eau!
Remontée et nous sommes dehors vers 17heures. Le reste de l'équipe nous attend pour aider à redescendre le matériel.
Eux aussi ils ont bien rempli leur mission en faisant la préparation pour la prochaine montée qui ne saurait tarder.

Re-descente avec un coucher de soleil sur la mer de nuage. Vision extraordinaire.
Passage par le Plat de Bers et arrivée avec les frontales, la nuit tombe vite à cette saison.

Les participants :
P et S Degouve, A Dole, JL Lacrampe, JC Mengelle, J Sanchez, B Nurisso et A Massuyeau.

La mer de nuage

vendredi 13 janvier 2012

Un après midi formatif

  
Sortie falaise le 8 janvier 2011. CR par Anaïs
Nous formons une grande ronde finalement sur la place du Village de St-Pé en ce dimanche de janvier.. De nouvelles têtes (Sarah et Fiona, Véronique et Jean Marc, Romy et sa copine, ...) à former, peut-être une nouvelle recrue Sofiane et de plus anciennes (Jean-Luc, Fifye, Joël et Jonathan) en guise de formateurs.

Nous partons en direction du mur d’escalade, notre ère de jeu pour toute l’après-midi !
Tout le monde s’habille : réglage du cuissard, de la serpentine.. Le descendeur, ça se met où déjà ?? Puis, on finalise, les longes, sur la grande, la poignée, sur la poignée la pédale.. Le casque et ça y est, on est tous fin prêt !!
Une fois le matos déchargé, Jonathan part équiper d’un côté, emportant corde, mousqueton, plaquettes..  Jean-Luc et Joël partent aussi, de l’autre côté.
Fifye reste expliquer au groupe l’utilité du matos et donner une petite leçon de vocabulaire : croll, descendeur, baudrier (et non harnais)… Puis direction le terrain pratique ; les descentes se succèdent ; puis l’heure des descentes avec arrêt ; Réglage des pédales qui doivent avoir la longueur des jambes et hop, l’heure des remontées est venue ; les élèves sont studieux, tout le monde y arrive ; aucune chute n’est à enregistrer !! Cela reste ludique, des solidarités voient le jour, chacun essayant de comprendre, d’expliquer aux autres ce qu’il a compris…
Joël et moi profitons de l’après-midi pour réviser nos classiques et nous perfectionner. La bonne humeur est de la partie, Joël se gargarise de son exploit « la descente du Quéou » d’autant qu’il a maintenant un témoin, Jean-Claude vient d’arriver. Petit coucou mais lui ne monte pas, son matériel doit encore se remettre de la sortie d’hier, dans le Fou, l’argile fut difficile à nettoyer, le jet est passé par là à plusieurs reprises. Fractionnements, main courante… les cordes s’emmêlent, il y a encore du travail à faire pour descendre à la manière de Jonathan, qui part à droite, à gauche, stratégiquement en fonction des longes à enlever.. Il essaie de m’apprendre mais l’effort de l’après-midi se fait sentir, je n’y arrive plus..
Je descends et retrouve le groupe, prêt lui aussi à rentrer, il est un peu plus de 17h, le jour commence lentement à décliner !

mardi 10 janvier 2012

Réveillon Ibérique

Pour la dernière semaine de l'année 2011, une petite virée en Cantabria s'imposait. Il n'y a pas foule de disponible en cette période d’agapes familiales et nous ne sommes que 3 (Ludo, notre viticulteur bourguignon préféré, Sandrine et Patrick). Une petite virée dans le gouffre du Maxou Picchu nous a rapproché un peu de la torca Aitken toute proche, mais comme toutes les jonctions, ce n'est jamais gagné. Dans la torca de la Niebla, c'est une étroiture qui nous arrête vers -170 m. Dans la grotte de Sereno, quelques centaines de mètres ont été ajoutés au développement total de la grotte. Tout cela avance donc à petit pas...
Un compte rendu plus détaillé est publié sur le blog karstexplo.



Patrick

samedi 7 janvier 2012

Le Fou par les 2 bouts ou on a tiré les Roy

Nous étions 6 GSHP ce samedi 6 janvier pour avancer au niveau de cette fameuse jonction entre le Fou et le Roy qui commence un peu à se faire attendre.
En attendant que ça sèche.....
Une équipe de 3 dans le Fou (Alain D, Jean Luc et Joël) pour agrandir la lucarne et explorer la suite et une autre équipe de 3 dans les grottes du Roy ( Jean Claude, Anaïs et Bubu) pour essayer de rentrer en contact avec l'équipe du Fou grâce aux Talkiewalkies dans les environs du Puits du Lavabo, équiper en fixe la descente de la grande salle en prévision des futures traversées et en profiter pour faire un comptage des chauve souris pour aider nos amis mammologistes.
Beaucoup d'eau à l'entrée du Roy aujourd'hui, Jean Claude y va pieds nus dans les bottes pour pas mouiller les chaussettes ! Il n'y a pas beaucoup de chauve souris aujourd'hui. Il me semble qu'à cette époque il y a de nombreuses grappes dès la galerie d'entrée. C'est vrai que le froid n'est toujours pas là.
Qu'y-a-t-il là haut? Le Fou
La progression est rapide malgré quelques haltes pour compter et retranscrire tout ça sur le carnet.
2-4-10-12-25-39-46.........
On range les papiers après la salle de la vierge et on fonce vers le fond. Le rendez vous est fixé à 12heures30 pour essayer une jonction au son. On arrive à la grande salle en sueur vers 12heures. Le temps d'équiper en fixe et sécurit, on attaque le Grand Canyon et on arrive au Lavabo à 12h20. On attends un petit quart d'heure à l'abri des embruns et du courant d'air. Il y a toujours la vieille corde des années 70 qui remonte vers l'inconnu...vers le Fou ???
Allo, allo, y'a quelqu'un ?
Allo, allo, ici le Fou, vous m'entendez le Roy ? Allo, allo, ici le Fou, vous m'entendez le Roy ? Allo, allo, ici le Fou, vous m'entendez le Roy ?....
Quelques crachouillis de la radio nous répondent... Apparemment ils ne nous entendent pas et essayent eux aussi de nous joindre...en vain.
Dans la Rivière suspendue
13h30.
On est allé se ballader dans la rivière suspendue jusqu'à la rotonde. On retourne manger dans la grande salle, sans manquer d'essayer de joindre les copains à la base de chaque puits remontant.
En vain. C'est désespérant . Rien de rien ! On repère quand même plein d'escalades pour Patrick mais pour le moment il est patrack....
Pour se remonter le moral, on tire les Rois dans la grande salle. J'ai eu la fève: une vierge. Voici une nouvelle salle de la vierge !
La Salle de la Vierge
Vive le Roi
14h30. Il commencerait presque à faire froid. On range tout et on sort en courant. On est dehors à 15h30 et on monte rejoindre (en voiture!) les copains au Fou.
16 heures. Grand soleil à l'entrée. Jean Claude prend son courage à 2 mains et remet ses affaires trempées pour aller aux nouvelles au fond du Fou.
En arrivant au souffleur du Jars, le Dol's arrive lourdement chargé. Les 2 autres ne vont pas tarder. La lucarne a été facilement franchie mais de l'autre côté, la galerie devient étroite dans le pendage mais toujours dans la faille. Plein Sud! Vers le Lavabo. Il faudra encore agrandir pour passer et atteindre un vide plus important avec un ressaut de 1 à 2 mètres.
Équipement en fixe du ressaut
La sortie des méandres
Au retour,on trouve au terminus de la piste Fifye et un nouveau des Aquas. Ils arrivent du Coussaou. Ca fait plaisir de rencontrer les copains.
Pour la jonction, il nous reste une semaine pour se reposer, nettoyer le matos et surtout se remotiver pour y retourner une fois de plus... La dernière ?